17/04/2018 09:49

Le MR et la N-VA d'accord sur la politique migratoire?


Les prochaines élections législatives auront lieu dans un an mais les négociations pour le futur gouvernement fédéral ont en quelque sorte déjà commencé. Au point que le MR, qui rêve que l'actuelle majorité soit reconduite, a commencé à donner des gages à la N-VA en matière de politique migratoire.

Olivier Chastel, le président des libéraux, n'hésite désormais plus à assumer la ligne migratoire dure incarnée au fédéral par Theo Francken (N-VA) et l'état-major du MR a indiqué lundi qu'il était ouvert à la dernière proposition du secrétaire d'Etat sur un durcissement "à l'australienne" de la politique migratoire menée par la Belgique.

Cette idée des nationalistes flamands pourrait même faire partie d'un futur accord de gouvernement avec la N-VA, n'hésite-ton plus à reconnaître au MR. Comment analyser ce glissement des libéraux vers la droite de l'échiquier politique? Une partie de la réponse se trouve sans doute dans un sondage, commandé par le parti, qui avait mis en évidence que près de 90 % des électeurs MR pensent que notre pays accueille trop de migrants.

Pour les réformateurs, il s'agit donc à la fois de mieux coller à l'opinion de leur base et de donner des gages à des députés plus droitiers, comme Alain Destexhe ou Alain Courtois, par exemple.

Interrogé récemment par "La Libre", Olivier Chastel avait même appelé appelé à intensifier les expulsions des illégaux délinquants. Idem pour Willy Borsus : "Nous assumons notre devoir humanitaire et notre mission d'accueil. Mais il ne faut certainement pas aller plus loin. Si on est accueilli en Belgique, si on vit en Belgique, il faut respecter nos valeurs, s'y intégrer", expliquait-il récemment à La Dernière Heure

La polémique autour des déclarations du parti islam avait donné au MR une autre occasion de rouler des mécaniques, Richard Miller ayant envoyé un signal clair à ses électeurs en réclamant l'interdiction du parti radical.

En début d'année certains élus MR avaient dit tout le mal qu'ils pensaient du projet sur les visites domiciliaires,. Après une période de turbulences et une certaine cacophonie dans les rangs libéraux, le parti a repris la main. Et ceux qui au MR n'ont pas soutenu Charles dans cet épisode ont désormais leur nom en rouge sur un petit carnet…"

Le MR se droitise et ceux qui, en son sein, rêvent d'autre chose n'ont qu'à aller voir ailleurs...

(LpR/Picture : Belga)

Retour à la liste PAGE XML

Mots clés

actu - Belgique - politique - MR - N-VA - migrations - élections